école primaire saint-marc-jaumegarde

Quand la pédagogie passe par un écran d’ordinateur

SAINT-MARC-JAUMEGARDE L’école primaire utilise depuis trois ans une plateforme numérique, véritable outil de travail pour les enseignants et les élèves

 

A l’heure des débats sur l’utilisation parfois abusive des écrans par les enfants, l’école primaire de Saint-Marc-Jaumegarde a choisi de faire en sorte que les ordinateurs, tablettes et autres smartphones, deviennent des véritables outils de travail pour les petites têtes blondes. Depuis trois ans, l’école utilise la plateforme itslearning : un Espace Numérique de Travail (ENT) pédagogique, qui a pour vocation de moderniser l’enseignement traditionnel à travers plusieurs fonctionnalités. « C’est un outil devenu indispensable », affirme Emmanuel Farges, directeur de l’école primaire. « Que ce soit nous (l’équipe pédagogique), les parents ou les enfants, je pense que l’utilisation de la plateforme est devenue un réflexe ».

 

«Les parents ont l’air conquis par la plateforme »

Chaque espace est personnalisé. Les parents ont accès aux notes de leurs enfants (en plus du livret scolaire papier qu’ils reçoivent toujours), sont avertis par notification de l’absence d’un professeur ou de l’arrivée d’une maladie contagieuse au sein de l’école, mais peuvent aussi avertir de l’absence de leur enfant, et en période de classes vertes, ils peuvent suivre leurs aventures jour après jour. Les élèves, eux, ont accès à des exercices comme des dictées, enregistrées par leurs professeurs, afin de s’entraîner à la maison. « Je me suis rendu compte que presque tous les élèves font les dictées alors que ce n’est pas obligatoire », explique Emmanuel Farges.

page de connexion itslearning

« Grâce à ces exercices en ligne, ça met les enfants sur un pied d’égalité : ceux dont les parents ne les incitent pas forcément à travailler en dehors de l’école peuvent le faire seuls ». Ils peuvent consulter le cahier de texte, et toutes les leçons sont également mises à disposition, mais les professeurs veillent à ce qu’elles soient écrites dans les cahiers, pour ne pas que les enfants soient tentés de ne plus écouter.

Seules les classes de CM1 et CM2, « les plus grands », comme aime les appeler leur directeur, utilisent la plateforme en autonomie. En moyenne, chaque utilisateur, enfants, parents et équipe pédagogique confondus, se connecte 14 fois par mois, avec une durée d’utilisation de 41 minutes. Les parents ont l’air conquis par la plateforme, puisque plus de 43 familles (sur 60 en tout) s’en servent régulièrement.

 

 

Un ordinateur offre d’autres usages qu’internet ou les jeux vidéos

Si cette plateforme incite les enfants à utiliser l’ordinateur ou la tablette, Emmanuel Farges est clair : « Cet outil permet de se rendre compte dès le plus jeune âge que l’ordinateur n’est pas fait uniquement pour aller regarder des vidéos sur internet ou jouer à des jeux », explique-t-il.  « Au collège et au lycée ils vont être amenés à travailler régulièrement sur un ordinateur ou une tablette, c’est pour ça que l’on tient à les former le plus tôt possible ».

Le directeur sensibilise chaque nouveau parent d’élève à l’utilisation des écrans pour que celui-ci ne soit pas nuisible. Récemment, la Brigade de Prévention de la Délinquance Juvénile est intervenue en classe pour prévenir les enfants des risques liées à internet, notamment sur les réseaux sociaux.

 

Par Chloé Roussel.

Article initialement paru dans le journal La Provence le 25 juin 2018.

 

Retour aux ressources