Catégories ; Actualités

Pédagogique numérique : Expérience Utilisateur d’abord


Posted on

Le mois dernier paraissait sur le blog des lundis TICE, une interview de Alain Ecuvillon, directeur Général de itslearning au sujet des plateformes pédagogiques. Retour sur une analyse des usages et besoins en matière d’ENT (espaces numérique de travail).

 

Le terme ENT est utilisé depuis longtemps. N’appartient-il pas au passé ?

Pas vraiment car on ne sait pas ce que l’on met derrière ce terme. Un ENT doit être tout d’abord conforme aux directives du Ministère et offrir des usages larges ainsi qu’une sécurité des données élevée. Dans ce cadre, le concept d’ENT n’est pas dépassé. Il faudrait peut-être que les systèmes intègrent rapidement encore plus de fonctions et soient beaucoup plus ouverts.

Les directives ministérielles sont trop limitatives ?

Collaboratif, communication, échanges, ouverture aux autres solutions existantes, etc. Ce sont des éléments fondamentaux. Or, trop d’espaces numériques ouverts aux élèves proposent des fonctions limitées et en réalité ne méritent pas l’appellation ENT.

Cela concerne essentiellement le scolaire. Votre diagnostic est le même dans le supérieur ?

Très clairement on ne parle pas d’ENT dans le supérieur. Même si le dernier appel d’offre des centres de formation des CCI était basé sur la fourniture d’un ENT, on parle plutôt de LMS ou plate-forme d’apprentissage pour les universités ou les grandes écoles. A ce jour, tous les établissements sont équipés mais je constate que les usages sont plutôt faibles.

Les Français sont en retard ?

Indéniablement, le numérique pédagogique a un impact fort sur les résultats des étudiants mais aussi sur les performances des institutions. Au niveau mondial, les meilleures universités ont pris le virage digital depuis longtemps. Et pourtant, chez nous, les professeurs sont très ouverts et sensibles au numérique. Ce n’est pas qu’une affaire d’argent car les solutions ne coûtent pas très cher. Nous pourrions rapidement nous mettre au niveau.

Vous dites que le numérique réduit les inégalités. Pourquoi et comment ?

Le point fort du digital est que cela aide les enseignants à travailler en individualisation pour ne laisser personne sur le côté. On peut donc travailler de manière différenciée avec un suivi plus intense. Grâce aux nouveaux outils l’élève et le prof sont connectés. Ils peuvent en plus intégrer dans la boucle un tiers (expert, mentor, parent) et communiquer simplement. Dans le supérieur cela est évident mais dans le secondaire les blocages sont flagrants.

Cela impose de changer le métier d’enseignant. Est-ce « Le » point de blocage ?

Nous irions beaucoup plus vite si l’on mettait en place une stratégie d’accompagnement du changement dans les académies et dans les établissements du supérieur. Comment faire monter les usages ? C’est le défi aujourd’hui.

Vous évoquez l’expérience utilisateur, comme dans la grande consommation. Les usages sont identiques ?

Le sujet est de rendre le service promis avec un minimum d’efforts ou de risques d’incompréhension. Dès l’entrée dans un espace numérique, il est indispensable de mettre en place une politique de prise en main claire. En se souciant de l’expérience utilisateur, l’évaluation des usagers est importante, mais aussi ses idées pour améliorer l’outil. Et cela implique de changer d’état d’esprit. Et notamment d’assurer un feed-back rapide à chaque usager.

Votre approche consiste aussi à revendiquer l’usage des tablettes mais aussi des mobiles. Le Ministère vient pourtant de publier une directive interdisant son utilisation dans les classes. C’est une erreur ?

Il est fou de constater qu’on interdit encore le smartphone dans les classes pour des usages pédagogiques. L’outil est hyperpuissant et répond à toutes les contraintes que nous imposent les nouveaux comportements. Je conviens également qu’il faut un certain encadrement, mais au fond ce n’est pas le plus grand problème.

 

Source : Les Lundis TICE

itslearning vous accompagne dans la mise en place d’une stratégie d’accompagnement et de changement, contactez-nous dès maintenant pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *